LES GRANDES IDÉES D’UNE FONDATION

09/02/2017
  • Magazine

La Fondation du Grand Montréal s’engage    

D’entrée de jeu, Yvan Gauthier, président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal (FGM), annonce la couleur: «Nous voulons engager la communauté sur les enjeux du Grand Montréal, tant au niveau financier que dans l’action sur le territoire.» Homme de conviction et d’engagement, il dirige depuis 2013 les destinées de la FGM, organisme de bienfaisance communautaire qui appuie de nombreux projets novateurs dans la grande région métropolitaine. Depuis sa fondation en 1999, la FGM crée et gère des fonds de dotation. Ces fonds sont financés directement par des particuliers afin de redistribuer les revenus de manière à soutenir des oeuvres de bienfaisance. On parle d’oeuvres et de projets qui ont un impact réel sur la vitalité sociale et économique de la métropole. Ardent partisan de la philanthropie, «un levier important du mieux-être de la société», Yvan Gauthier souligne que «c’est la communauté qui investit à 100 % dans les enjeux qui lui sont propres. À la Fondation, nous sommes le médiateur entre le philanthrope et les besoins de la société.» À ce jour, la FGM a ainsi distribué plus de 28 M$ en subventions à plus de 1000 organismes de bienfaisance du Grand Montréal, oeuvrant dans divers domaines comme la santé, l’environnement, le développement social, l’éducation, les arts et la culture. «Nous ne sommes pas seulement une plateforme de gestion de fonds, nous sommes engagés dans la communauté et nous voulons avoir un impact social», assure le PDG.    

 

Les enjeux de 2017  

Sous l’égide des Fondations communautaires du Canada, la FGM publie chaque année Signes vitaux, un bilan de santé de la vitalité des communautés du Grand Montréal à l’aide de différents indicateurs démographiques, sociaux, économiques, etc. La publication permet à la FGM de cibler les principaux enjeux et défis à relever. Ce qui a permis d’envisager les enjeux vitaux de l’année 2017. «Nous voulons mettre la cause des enfants du Grand Montréal à l’honneur, dit-il. La réussite scolaire nous tient particulièrement à coeur. Nos prochains combats porteront également sur l’itinérance, la pauvreté, la maladie mentale et la violence conjugale. Nous voulons soutenir des projets dans les quartiers, avoir un impact dans la volonté des donateurs de changer les choses. Nous allons faire un état des lieux, certes, mais nous voulons surtout être partie prenante de la solution!»   

 

De grands projets sociaux  

En 2017, la FGM compte investir 1,6 million de dollars pour soutenir 71 projets mobilisateurs dans 20 quartiers ciblés du Grand Montréal. Plusieurs de ces initiatives seront également soutenues grâce à l’apport de 350 000 $ du Fonds communautaire pour le 150e anniversaire du Canada du Patrimoine canadien en collaboration avec Fondations communautaires du Canada. En voici quelques-uns:  

• Le Vélo Paradiso — Sous l’égide de Wapikoni et Musique Nomade, Vélo Paradiso est un projet culturel et musical de rapprochement entre des artistes de la relève des Premières Nations et ceux issus de la diversité urbaine. Cinq duos formés d’artistes autochtones et de Montréal vont créer autant d’oeuvres musicales et réaliser des vidéoclips qui s’inspireront de leurs quartiers. De jeunes ambassadeurs feront connaître ces oeuvres en sillonnant les rues à bord d’ingénieux vélos triporteurs, chargés de l’équipement nécessaire à l’organisation de soirées itinérantes!   

• Fab Lab mobile à l’école — Créé au MIT au début des années 2000, le Fab Lab vise à promouvoir la science et à stimuler l’intérêt des adolescents envers les nouvelles technologies. Présent dans sept écoles de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, il est constitué de plus d’une vingtaine de machines-outils programmables qui permettent aux élèves de fabriquer divers objets ludiques ou scientifiques, du support à iPhone aux structures architecturales.  

• Mémoires vives — La Société pour les arts en milieu de santé (SAMS) propose un projet inspiré par les aînés en perte d’autonomie. Il s’agit de recueillir les souvenirs de résidents de centres de convalescence, de CHSLD ou de soins palliatifs et de créer une pièce musicale contemporaine qui sera interprétée l’année prochaine dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal!  

• Opéra de rue — Parrainé par l’organisme Sac à dos et l’Opéra de Montréal, ce projet invite des personnes qui ont vécu une situation d’itinérance à participer à des ateliers d’initiation à l’opéra. Elles seront également épaulées à toutes les étapes de la création d’une oeuvre qui sera présentée à la Cinquième Salle de la Place des Arts, le 15 mai 2017. La soprano Marie-Josée Lord soutient le projet et participera à l’événement final. Un spectacle où les participants pourront prendre part au travail de la scène, être figurants, choristes... ou peut-être même solistes.    

 

Crédit Photo: GettImages

Texte par Dominique Paupardin

PARTAGER

Dans la même catégorie